La remorque :

Une remorque simple essieu convient parfaitement, et la question à se poser concerne le choix d'une remorque avec mise à l'eau ou non. Je précise que « mise à l'eau » se rapporte au bateau.... pas à la remorque ! Malgré ce qu'affirment certains constructeurs, elle ne devra jamais être immergée (même avec des moyeux « super étanches » ), en tout cas jamais plus que le bas des pneus.

Il y a ensuite deux types de remorques : celles possédant des galets arrière sur un support à bascule, qui guide l'étrave (elle se centre pratiquement toute seule lorsque l'on treuille), et celles possédant un timon basulant. Ma préférence va au premier modèle pour plusieurs raisons : une plus grande rigidité sur la route, un poids plus léger (on peut envisager un PTAC de 1250 kg), la mise à l'eau et hors d'eau ne comporte pas vraiment de différence, mais elles permettent un accès sous le bateau (carénage, entretien du lest) qui devient vraiment difficile avec les remorques à timon basculant qui possèdent souvent un chemin central de galets.



En ce qui me concerne, j'ai presque toujours fait gruter le bateau, car les cales ne sont pas toujours facilement accessibles, parfois payantes, l'embrayage souffre ... le coût d'un grutage me semble correct (de 30 à 50€) en comparaison avec celui de l'entretien de la voiture et de la remorque (une révision coûte environ 300€)

Lorsqu'on ne l'utilise pas, il faut penser à placer l'ensemble sur cales (avec un petit cric hydraulique de 2 tonnes) pour éviter de déformer les pneus lors de stationnements prolongés.

Arrivé à destination, il faut environ 1 heure pour que le bateau soit prêt : la mise à l'eau à chaque sortie me semble donc assez illusoire, cela peut se faire exceptionnellement pour un long week-end, mais à moins d'avoir une bande de copains motivés, il est plus raisonnable d'envisager la location d'une place de port ou un mouillage lors des périodes où l'on souhaite naviguer.

Je précise quand même que l'on doit pouvoir aller plus vite que moi : le bateau stationnant sur la remorque pour des périodes assez longues, je démonte tout : sangles de rappel, écoutes, drisses lovées le long du mât, moteur, pataras ... Si l'optique est de le mettre à l'eau et le sortir à chaque fois, on doit pouvoir s'organiser différemment (par exemple, en laissant les drisses dans le pouliage de pied de mât et retour cockpit), mais cela risque vraiment de ressembler au parcours du combattant !

Hum : je viens de recevoir le mail d'un propriétaire qui navigue en région marseillaise. Il ne possède pas de place de port et procède donc à la mise à l'eau à chaque sortie (en solo !) c'est à dire plus de 20 fois par an. Il lui faut environ 20 mn pour que le bateau soit prêt, et 5 mn pour la mise à l'eau.

NEW Quelques petites astuces au passage :

Pour descendre l'arrière de la remorque au niveau de l'eau lorsque la pente est faible, il suffit de monter l'arrière du véhicule (position haute pour les véhicules à suspension hydropneumatique, ou achat de cales en plastique, prévues pour mettre à niveau les campings-cars : il suffit de les placer derrière les roues arrière de la voiture puis reculer dessus...30€ chez un vendeur d'accessoires).

Lors de la sortie d'eau, il est intéressant de ne pas remonter totalement le bateau sur la remorque (le laisser en arrière d'environ 40 cm), ainsi il y a moins d'appui sur la boule d'attelage et le train avant de la voiture adhère mieux, ce qui évitera aux roues de patiner.

◄◄