Découvrir...

Comme je l'ai déjà exprimé, les ports sont saturés et obtenir une place à l'année dans un port public exige de la patience (les listes d'attente sont de plusieurs années : vingt ans pour certains ports...). Dans un port privé, le tarif en amodiation est disuasif.

Obtenir une place limite le bassin de navigation, et on doit payer même lorsque l'on ne navigue pas.

Si l'on raisonne en terme de distance pour découvrir des horizons nouveaux, il faut par exemple une vingtaine d'heure pour effectuer une traversée vers la Corse, ce qui nécessite une semaine de vacances si l'on souhaite faire l'aller, le retour et découvrir un peu le paysage à l'arrivée... S'il n'y a pas de vent, on ne fait pas de voile... s'il y en a trop non plus !

Il faudra donc beaucoup de temps libre pour profiter pleinement d'un croiseur confortable et quelques week-ends pour l'entretien et le nettoyage.

Par ailleurs, si on ne navigue que le temps des week-ends à la belle saison, est-il nécessaire d'avoir ce fameux « mètre en plus » qui fait réver tant de propriétaires et exploser le budget ?

Le seul avantage du croiseur lourd est de permettre des traversées avec la sécurité qui fait défaut au petit voilier facilement transportable... qui peut prendre le ferry ou la route.

◄◄