Les polaires par petit temps :

    Nous sommes en 2017 : le temps a passé et je pense pouvoir enfin donner des polaires à peu près correctes !

  • La vitesse dépend beaucoup de l'état de la mer : celles-ci sont obtenues par mer mer calme, à l'abri dans la baie de Golfe-Juan, avec un petit clapot éventuel, mais sans plus (dès qu'il y a des vagues au près, on pleure : la vitesse est difficile à maintenir, comme avec la plupart des voiliers courts et légers).

  • Elles sont établies en solo : au près le bateau doit giter (donc je suis sous le vent par vent faible) et on doit décoller la jupe de l'eau (ancre et chaîne au pied du mât, je suis collé contre le rouf par vent faible, parfois dans la descente)... sous spi je fais comme je peux : en solo il faut gérer la barre, la grand'voile, le spi et les mesures... pas facile d'avoir une valeur précise !

    Quelques données :

  • Par 4 à 6 nœuds réels, je suis à 4,1 nœuds à 45° du vent : VMG = 2,9 nœuds

  • Par 6 à 8 nœuds réels, je suis à 4,6 nœuds à 45° du vent : VMG = 3,2 nœuds

  • Par 10 à 12 nœuds réels (limite de puissance max en solo : au delà je dois réduire la puissance en ouvrant la GV avec le pataras et le solent avec le point d'écoute) je suis à environ 5,5 nœuds à 45° du vent : VMG = 3,9 nœuds

  • Par 6 à 8 nœuds réels, sous spi on passe aisément les 5,5 nœuds (dérive et moteur HB relevés) – au delà de 8 à 10 nœuds réels on est vers 6 nœuds, avec des pointes vers 6,5 nœuds au travers... plus ne me semble pas facile à gérer en solo au point de prendre des mesures fiables...