L'électronique :

Je n'ai pas de batterie à bord de Menthe à l'Eau : j'ai choisi de simplifier au maximum la gestion de l'énergie et tout fonctionne donc de façon autonome : GPS, VHF, torche lumineuse, radio FM, anémomètre... sont portables.

On trouve des lampes à LED rechargeables avec une dynamo à manivelle chez « Nature et Découvertes », ce qui permet d'avoir un éclairage intérieur le soir sans user de piles. Lien ici.

L'achat du GPS m'a évité de percer la coque pour installer un loch-speedomètre, et j'ai un sondeur à main (qui sert occasionnellement pour déterminer la profondeur de mouillage) uniquement parce qu'il est obligatoire.

On trouve désormais un système de navigation complet, qui va bientôt s'enrichir de la girouette-anémomètre, moins cher que l'instrumentation Tacktick : cliquer ici.

A propos du GPS :

Il est important de comprendre le principe de fonctionnement pour éviter quelques erreurs !

      • Il fait environ une acquisition par seconde, avec une précision d'environ 10 mètres. Le GPS affine la position s'il y a des bornes géodésiques à proximité (et si le GPS est différentiel : on peut alors atteindre 3 à 5 m).

      • Il mesure la vitesse sur le fond et non la vitesse du bateau (elles sont différentes s'il y a des courants et que le bateau dérive). Il procède par intégration pour éliminer les valeurs erratiques et afficher une moyenne (mais les valeurs maximales enregistrées peuvent être fausses)

      • Le signal peut être dégradé pour plusieurs raisons : décalage de l'horloge atomique, décalage orbitaux des satellites, perte de la réception d'un satellite (il en faut au moins quatre pour avoir une bonne précision)...

      • Il ne faut pas oublier de régler le système géodésique (souvent WGS 84 sur les GPS) comme celui de la carte avant de reporter une position.

◄◄