Quelques conseils avant d'acheter :

Commencez par poser au vendeur quelques questions dont vous connaissez la réponse : c'est le meilleur moyen de savoir s'il est fiable !

Sur Internet, quand on lit les commentaires concernant le nouveau modèle importé (d'un nouveau chantier) «qui possède tout ce que les autres n'ont pas»... vérifier que l'intervenant n'est pas aussi le revendeur de la marque ! Il est peut-être honnête, mais ça demande vérification avec d'autres sources indépendantes... et pas toujours les revues nautiques (qui essaient sérieusement les modèles, mais ne font pas d'étude du vieillissement, de la facilité de mise à l'eau, du suivi et de l'après-vente...). Le mieux est peut-être d'éviter d'être le 1er propriétaire du tout nouveau modèle du tout nouveau chantier... quand à la stabilité de la côte argus d'un tel modèle après plusieurs années...

De même, ne faites pas trop confiance aux vidéos de démonstration : tout y semble beaucoup plus simple et plus rapide grâce à d'astucieux montages, à moins d'être prêt à acheter un voilier au télé-achat... à leur décharge, personne n'est d'accord pour visionner une vidéo d'une heure où finalement il ne se passe pas grand' chose !

Soyez raisonnable quand au poids : il y a vraiment une grosse différence de conduite lorsque l'on dépasse le poids de la voiture avec la remorque - ce n'est pas pour rien que la loi fixe une limite pour tracter sans permis E(B) - de même lorsque le bateau est perché haut sur sa quille. La stabilité est fortement diminuée (mais il existe des stabilisateurs). Si vous faites beaucoup de route avec un voilier de plus de 1000 kg, privilégiez la remorque double essieux.

Essayez si possible le bateau, même si c'est difficile quand le vendeur réside loin de la mer, ou lorsque le bateau est au sec sur remorque chez un professionnel. Proposez éventuellement de participer aux frais et à la mise à l'eau (ce qui vous démarquera du simple curieux qui souhaite faire une balade en mer, cela vous permettra d'assister au mâtage, d'évaluer le temps nécessaire, etc... et vous ferez quand même un tour en mer !). Il existe des loueurs qui disposent de petits bateaux (voir liens ci-après ).

Préférez les bateaux n'ayant pas d'enrouleur de grand'voile (dans la bôme, ou pire dans le mât) car cet équipement est inutile dans cette taille de voile, coûteux, néfaste à la sécurité en raison du poids dans les hauts et des risques de mauvais fonctionnement... De plus la voile perdra beaucoup de ses qualités (car taillée très plate, sans rond, voire non lattée) et les performances s'en ressentiront (la grand voile représente souvent 2/3 de la surface totale !). Préférez un lazy-bag, ou même ... rien du tout : manoeuvrer à la voile, ce n'est pas presser des boutons ou tourner une clef.

Prenez votre temps, allez voir le bateau sans la présence du vendeur lorsque c'est possible, éventuellement plusieurs fois. Il faut passer un peu de temps en tête à tête, et décider enfin si on est fait l'un pour l'autre ! Mieux vaut rater une vente que la regretter, car un voilier ne se vend pas comme un petit pain...

Vérifiez que vous pourrez l'utiliser en solo avec un peu de « bricolage » supplémentaire : même si l'équipage est plus complet, se priver d'une journée de navigation parce que ce jour-là vous êtes seul serait dommage. Et naviguer en solitaire est aussi très enrichissant...

Gardez les pieds sur terre avant d'embarquer et évitez les bateaux sortant de la norme : celui de l'architecte « génial » qui a dessiné le fameux mouton à cinq pattes à la fois plus rapide, plus sûr et plus confortable que les autres, celui dont l'esthétique détonne un peu trop dans le paysage marin et qui ne s'avérera pas si facile à revendre, celui dont le moteur vous permettrait de vous sortir de la sale situation dans laquelle vous ne vous seriez pas mis à la voile... et qui refusera de démarrer justement ce jour-là. Il faut vraiment faire un choix en fonction de sa personnalité et de son programme : pêche-promenade, voilier de mini-croisière, day-boat sportif, voilier de régate... mais pas forcément choisir les extrêmes si c'est votre premier bateau, car le programme se définit aussi ensuite, quand on le possède.

Ne cherchez pas le confort « comme à la maison », le bateau aux finitions luxueuses, plus à l'aise dans les couloirs du salon nautique ou cul à quai dans une marina. Le confort en mer est de ne pas se cogner partout quand on cherche le démanilleur, pouvoir entreposer des vêtements au sec, éventuellement se préparer une boisson chaude (et pour la journée un thermos suffit). Et de quoi s'allonger pour une petite sieste au mouillage... Pensez qu'il faudra nettoyer souvent le réchaud et le frigo, les coussins peut-être aussi, si on mange à l'intérieur... En mer, la rusticité a du bon !

Si vous hésitez à acheter un voilier parce que vous n'avez jamais eu que des bateaux à moteur, n'hésitez pas : prenez un voilier, et non un voilier « hybride » avec un gros moteur (style Mc Gregor ou Dufour Duo... Peut-être n'y a t'il pas de relations, mais j'ai souvent vu des Mc Gregor dans les ports ou en mer, mais jamais sous voile !)

Puisque c'est un voilier, ne le surmotorisez pas : vous n'irez pas plus vite (un 9CV sur un 6 mètres, c'est absurde !). Au moins vous pourrez apprendre la voile dans le petit temps (à force 1 sur un Mc Gregor, on apprend la voile surtout en regardant passer les autres)... Pensez à faire quelques sorties avant l'achat : ne serait-il pas plus sage de différer un peu et s'inscrire dans un club pour quelques temps et faire ses premières armes ?

Prévoyez le budget : pour le même prix, on trouve des 6 mètres neufs et des 8 mètres d'occasion... ce n'est ni le même usage, ni le même budget d'utilisation !



◄◄